Newsletter > S'inscrire ici
Facebook Twitter Youtube Instagram

À l'affiche...

Théâtre du Petit St-Martin

Music-Hall

De Jean-Luc Lagarce
Mise en scène Marcial Di Fonzo Bo

À partir du 4 octobre 2022

Théâtre du Petit St-Martin

Les règles du savoir-vivre dans la société moderne

De Jean-Luc Lagarce
Mise en scène Marcial Di Fonzo Bo

À partir du 11 octobre

Théâtre du Petit St-Martin

A-t-on toujours raison ? Which witch are you?

Mise en scène Raymond Raymondson
De et avec Fred Blin

À partir du 18 novembre 2022

Théâtre du Petit St-Martin

Conférences : Lagarce, une vie de théâtre - Juste la fin du monde

Une rencontre et une discussion sur Jean-Luc Lagarce, une figure majeure du théâtre contemporain

Le 12 novembre 2022

Théâtre de la Porte St-Martin

1983

Une pièce de Jean Robert-Charrier

Actuellement

Théâtre de la Porte St-Martin

Le journal de Paris

Sur une idée originale de Edouard Baer
Assisté de Eugénie Poumaillou et Chloé Colpé

Du 12 novembre au 19 décembre

Auteur & metteur en scène

Daniel COLAS

Dans le début des années 50, à Paris, Pierre Brasseur, grand acteur de ce temps, se souvient et raconte la création d’un film français mythique : « Les Enfants du Paradis ». Brasseur nous parle de lui, bien sûr, et aussi d’Arletty et de Jean-Louis Barrault, ses partenaires à l’écran, mais surtout de l’écriture du film, pendant l’occupation allemande, en Provence, à Tourrettes-sur-Loup, dans une maison, le Prieuré des Valettes, que Prévert avait louée à cet effet. Au Prieuré, Marcel Carné, Jacques Prévert, Alexandre Trauner et Joseph Kosma travaillent à l’élaboration du scénario, de la musique, et des décors du film. Quatre créateurs en veine d’inspiration. Une histoire d’artistes déterminés, de créateurs décidés à ce que l’esprit et la liberté prennent décidément le pas sur les armes et la répression ; mais également une histoire d’amis, de copains aussi, qui s’efforcent de continuer à vivre, à rire, à travailler dans une époque particulièrement sombre. Brasseur nous raconte aussi le tournage du film, les difficultés, les interruptions ; et du rapport avec les autorités : jusqu’où le fait de pactiser – temporairement – avec l’occupant est-il, ou non, acceptable ? Où commence la collaboration ? Sur quelle fine ligne faut-il danser pour que les actes qui ne sont pas d’opposition ne soient pas pour autant des actes de participation ? Et puis le célèbre acteur va nous parler aussi de la libération, et puis aussi, de la révélation de la Shoah, et des formellement tristes instants de l’épuration. L’histoire d’un film. L’histoire de plusieurs vies. L’histoire d’un peuple aussi. D’un peuple opprimé et de ses réactions, plus ou moins héroïques ou sujettes à caution. L’histoire d’un moment de l’Histoire. Daniel Colas

Artiste multiple - acteur, dramaturge, metteur en scène, cinéaste - Daniel Colas a été l’interprète de nombre de rôles de première importance, tant au théâtre qu’au cinéma ou à la télévision. Il a réalisé pour le cinéma « Ras le Coeur » 1980, « Man Eaters » 1988, et « Nuit Noire » 2002 (Grand Prix du Festival de la Ciotat, Grand Prix du festival international de Marseille.) Au théâtre, outre ses propres pièces, il a mis en scène de nombreux auteurs contemporains, dont récemment : « Eva » de Nicolas Bedos, « Check Up » de Serge Serout, « Le facteur sonne toujours deux fois » de James M. Cain, « Les Autres » de Jean Claude Grumberg (Daniel Russo nomination aux Molières 2010.) « Hollywood » de Ron Hutchinson, « Huis clos » de Jean Paul Sartre (qu’il interprète également) ; il met aussi en scène Patricia Kaas dans son spectacle en tournée internationale « Kaas chante Piaf » (2012). Daniel Colas a également mis en scène les ouvrages dont il est l’auteur : « Charlotte Corday », (avec Coralie Audret) « Les Chaussettes, Opus 124 » (Michel Galabru, Molière 2008 du Meilleur Acteur), « Henri IV, le bien aimé » (spectacle qui obtient 5 nominations aux Molières 2011 dont Jean-François Balmer meilleur acteur, et Daniel Colas metteur en scène) et, tout dernièrement, « Un certain Charles Spencer Chaplin »  (Maxime d’Aboville - 2 nominations aux Molières) etc. De 2006 à 2011 Daniel Colas a été directeur du Théâtre des Mathurins.

Colas

Théâtre du Petit Saint-Martin
17 rue René Boulanger
75010 Paris
Métro Strasbourg-St-Denis

Billetterie :
Tél. 01 42 08 00 32

à l'affiche
réserver
pratique
événementiel
le théâtre